Henry de Montherlant. Celles qu’on prend dans ses bras (Paul Bonet, 1950)