Raimond Abellio. Les yeux d’Ézéchiel sont ouverts. (Mario Prassinos, 1950)