Le Corbusier. Sur les 4 routes. Paris: Gallimard, 1941

“La confrontation, par exemple, des Bauhausbücher conçus par Moholy-Nagy, ou des livres de Bruno Taut mis en forme par Johannes Molzahn avec ceux de Le Corbusier permet de mesurer la différence fondamentale qui sépare les premiers des seconds. Pour les uns, disposition asymétrique des éléments sur la page, composition privilégiant les diagonales en vue d’un effet dynamique, usage d’épais filets soulignant la structure et préférence accordée aux caractères sans empattements, y compris pour le texte courant; pour les autres, classicisme de la mise en pages, respect sans réserve du principe d’organisation centrée et cantonnements des caractères sans empattements aux seuls titres (...) L’attitude de Le Corbusier correspond sur ce plan à celle des Français en général, qui manifestèrent la plus grande réserve, voire une franche hostilité à l’égard des recherches typographiques du Bauhaus et des mouvements de l’avant-garde typographique.”

Catherine de Smet. Vers une architecture du livre: Le Corbusier, édition et mise en pages, 1912-1965. Baden: Lars Müller, 2007 (p. 32-33)